portail girondin d'information et de sauvegarde
du système minéralogique français










(C'est pour demain...)


Série Générale - Estimations des prochaines séries
en partenariat avec
   


Série
Date estimée d'exécution

EN-TA

28-06-2017

EN-VA

29-06-2017

EN-WA

30-06-2017

EN-XA

30-06-2017


Calendrier des estimations:

Jour
Heure estimation
Série estimée

Mercredi

28

Juin

23:59

EN-TD

Jeudi

29

Juin

23:59

EN-VW

Vendredi

30

Juin

23:59

EN-XP


 

Cinq ans de SIV - Retour sur le tout premier numéro attribué


 

Le contexte

Nous sommes en 2004, le ministère de l’Intérieur annonce la mise en place d’un système d’immatriculation national pour pallier au manque de fiabilité et la fin d’un système vieillissant. Plus sécurisé et plus moderne, il simplifierait en outre les démarches d'immatriculations des véhicules et allègerait la tâche des Préfectures.

Pour le ministère de l’intérieur l’enjeu est énorme, il s’agit de mettre en place un serveur fiable capable de centraliser toutes les demandes d’immatriculations des différents garages de France. C’est en effet la grande nouveauté de ce nouveau système, les concessionnaires doivent pouvoir livrer un véhicule au client sans passer par un carnet à souche WW comme cela se faisait jusqu’ici, mais directement en immatriculant le véhicule de manière instantanée en lançant une requête vers le serveur du ministère de l’Intérieur.

Pour les constructeurs, l’enjeu est tout aussi important car, en cas de dysfonctionnement à la mise en place du système, c’est un réseau entier de concessionnaires qui peut se trouver dans l’impossibilité d’immatriculer un véhicule.

Entre 2007 et 2009, les acteurs de cette mise en place vont se réunir de nombreuses fois au Ministère de l’intérieur et auront le choix de faire appel à un prestataire pour se charger de développer ce que l’on appelle un web service qui sera capable de se connecter au serveur central délivrant les immatriculations ou bien, de développer eux-mêmes leur propre web service. Seulement, quatre constructeurs feront ce dernier choix avec succès puisqu'il figurent en bonne place dans les premiers numéros distribués.

La date de mise en place souvent modifiée sera finalement arrêtée par le ministère de l’intérieur au 15 avril 2009 à 8h, heure de la métropole, afin que tous les acteurs de cette mise en place soient disponibles pour pallier à tout problème technique.

Jusqu’au 14 avril à minuit, la pression est à son maximum, Pascal Matruye, Responsable informatique chez Mazda France se souvient encore d’avoir passé quelques nuits blanches à se demander s'il n’avait oublié aucun détail. Même s’il avoue volontiers que les derniers jours, tous les acteurs se regardaient du coin de l’œil en se demandant qui tenterait le tout premier numéro du SIV, il n'en demeure pas moins que son but est, à cet instant d’avoir un système qui fonctionne parfaitement pour assurer au réseau Mazda et aux clients qu’ils pourront livrer et se faire livrer leurs véhicules sans heurt.

Le grand jour

15 avril 2009, 7h59 et 59 secondes, St-Germain-en-Laye (Yvelines), siège de Mazda France, Laurent Hamard, directeur commercial de Mazda France doit justement faire immatriculer son véhicule de fonction, une Mazda 6 Fastwagon 2.0 MZR 147ch 16V essence finition Elégance à boîte automatique couleur blanc Crystal White Pearl type mine MJZ3614ML744 portant le numéro de série JMZGH19F701210211. C’est l’occasion rêvée pour tester le fonctionnement optimal du système. Pascal Matruye lance la requête en choisissant le mode synchrone, c'est-à-dire une demande instantanée pour un véhicule (contrairement au mode asynchrone qui permet de grouper les demandes pour plusieurs véhicules). La bonne nouvelle, c’est que la requête fonctionne et que le serveur lui donne bel et bien une immatriculation en guise de réponse mais, la deuxième surprise, et non des moindres, c’est qu’il vient d’obtenir le tout premier numéro de ce qui devient concrètement le quatrième système d’immatriculation en France.


Photos Mazda Automobiles

AA-001-AA, Pascal Matruye n’en revient pas, il relira plusieurs fois son écran pour admettre qu’il vient de réussir un sacré coup… Et cela ne s’arrête pas là, en quelques minutes, le réseau émet ses demandes qui fonctionnent elles aussi et d’autres Mazda deviennent les premières voitures du SIV à être immatriculées dans leurs départements respectifs (c'est le cas des départements 12, 29, 47, 78 et 84). La machine est lancée, en une journée, ce sont plus de 6000 requêtes qui sont enregistrées et si Mazda savoure son succès, nombreux sont les professionnels qui rencontrent des difficultés ce jour là... Près de cinq années plus tard, ce sont plus de 47 millions de requêtes qui ont été enregistrées par l’Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS), créé par le ministère de l’Intérieur, qui centralise les demandes et émets les certificats d'immatriculations (appelés communément carte grise).

L’heure est désormais venue d’annoncer que Mazda est pleinement opérationnel sur ce nouveau système d’immatriculation et que l’obtention de ce tout premier numéro en est la plus belle preuve. Un communiqué de presse est rédigé et, en quelques heures, les journaux s’emparent de la nouvelle voulant, pour certains, faire un article plus complet.

Il faut bien entendu, poser les plaques sur le véhicule pour illustrer le sujet et, au siège de Mazda basé dans les Yvelines, il n’y a pas encore de stock de plaques SIV avec un identifiant départemental en 78. C’est un concessionnaire parisien de la marque qui fournit donc un jeu de plaques de son stock tout neuf de plaques badgées "75" et ce qui explique cette petite subtilité aujourd’hui qui fait que cette Mazda 6 porte un identifiant 75 alors qu’elle est domiciliée dans le 78. Au final, ce choix n’est pas regretté, bien au contraire. A l’étranger, le siège de Mazda est perçu comme étant dans la capitale de la France et Paris, pour le commun des mortels, c’est le 75 après tout…

Et maintenant ?

Finie la cohue médiatique, cette Mazda 6 a été utilisée par son destinataire initial avec sa fonction initiale comme cela était prévu, à savoir, le véhicule de fonction de Monsieur Laurent Hamard mais, son destin, cela est compréhensible, a quelque peu changé.

Mazda souhaite, pour le moment en tout cas, la garder dans son parc presse historique. Il n’y a pas de musée de la marque en France, ce n’est pas dans la politique du constructeur en France, ça l’est au Japon mais, que l’on se rassure, il n’est pas question à ce jour de l’y envoyer. Cela étant, la marque conserve des autos marquantes, comme une MX-5 de première génération notamment à laquelle la marque est attachée et, cette Mazda 6 rejoint ce petit parc d’auto favorites du constructeur et on ne peut qu’aisément le comprendre.

Elle totalise désormais 20.000 kilomètres (janvier 2014), cette volonté de la conserver désormais, fait qu’elle a arrêté d’être utilisée et, si durant un temps elle s’est promenée un peu partout conduite par Laurent Hamard, Pascal Matruye et quelques autres collaborateurs, représentés sur les réseaux sociaux par une petite peluche baptisée Mazcotte, le remplacement de cette génération de Mazda 6 par un troisième opus le 31 janvier 2013 a stoppé la communication présente sur ce véhicule en particulier. Une autre manière de communiquer n’est pas exclue pour autant, cette Mazda 6 fait partie du patrimoine de la marque désormais…

Et la notoriété ?

Si globalement, cette immatriculation n’a pas impacté directement la vente de ce modèle, Pascal Matruye indique tout de même qu’elle a attiré quelques ralentissements sur la route ou des appels de phares sympathiques. Preuve que cette attribution a été pour le moins inattendue, il reconnaît que s’il avait été sûr d’obtenir ce magnifique numéro, il n’aurait peut-être pas choisi ce modèle en particulier, à l’époque, la communication de la marque ne se faisant pas forcément autour de cette berline. Mais, avec le recul, force est de constater qu’il ne regrette absolument rien et qu’il admet volontiers que cette Mazda 6 dans sa livrée break et blanche a un sacré look tout de même et l’on ne peut que rejoindre son avis.

Pour Inaxys, Pascal Matruye a fourni une série de clichés récents de cette auto au numéro unique. Ces clichés ont été pris à l'Hôtel le Manoir St Michel à Sable-d'Or-les-Pins dans les Côtes d'Armor (http://www.manoirstmichel.com) qui a gracieusement prêté sa pelouse pour la bonne cause !


Photo Pascal Matruye


Photo Pascal Matruye


Photo Pascal Matruye


Photo Pascal Matruye

 

Propos recueillis le 21 janvier 2014 par Olivier Riera auprès de Marie de Mauduit, attachée de presse chez Mazda France et Pascal Matruye, Responsable informatique et responsable du projet SIV chez Mazda France.


Pour aller plus loin

La série AA-AA complète ! Les 999 premiers numéros du SIV : La liste complète
Accéder au communiqué de presse de Mazda du 15 avril 2009 : Communiqué de presse officiel
Accéder au site officiel de Mazda : www.mazda.fr

 

(c) Inaxys - 2017 - Informations légales | Contact